La Clarté-Dieu, maison franciscaine, 91400 ORSAY
La Clarté-Dieu, maison franciscaine, 91400 ORSAY

RETRAITE PASCALE A LA CLARTE-DIEU

                Le livret qui nous invitait à une retraite pascale au Centre spirituel de La Clarté-Dieu avait d’emblée suscité mon admiration par l’image de sa couverture. Un grand arbre y déploie ses branches encore nues, sur le fond d’un ciel très clair. Il s’enracine dans une terre brune, éclairée à l’horizon par les rayons d’un soleil matinal d’une infinie douceur. Sur cette même couverture, une formule annonce en lettres d’or un programme « CUEILLIR LES FRUITS DE L’ARBRE DE VIE ».

                Notre prédicateur, le Frère Éric MOISDON sait prendre soin des arbres, dans sa communauté franciscaine de VEZELAY où l’on pratique une culture biologique, très respectueuse de la nature.

En ouvrant notre retraite, au soir du MERCREDI, il nous propose de prier avec notre corps, comme le faisait Saint François, les pieds bien posés au sol, avec nos mains et nos bras déployés en forme de croix. Il nous assure qu’à travers les événements les plus dramatiques, ceux du temps du Christ, ceux de notre temps, nous pouvons « recueillir les fruits » du grand Amour de Dieu pour nous. Avec un grand sourire, il nous propose de vivre « une Pâque continuelle », ne se bornant pas à la célébration d’un anniversaire, mais nous appelant à un « passage » décisif.

                Nos journées de retraite seront rythmées avec une régularité qui me semble infiniment reposante, en contraste avec l’agitation de nos vies quotidiennes, avec les perturbations que nous apportent les désordres multiples de notre monde. Elle nous aide à accueillir d’heure en heure la Parole de Vie.

                Au matin du JEUDI SAINT, Frère Éric nous invite à vivre avec confiance l’Alliance qui s’établit entre Dieu et nous dans ce lieu mystérieux qu’on appelle « cœur, esprit », où murmure une source. Dieu nous y donnera un cœur capable d’aimer, à l’exemple de Jésus-Christ, notre grand Prêtre par excellence.

                Lors de notre première instruction du VENDREDI SAINT, il nous incite, avec un humour bien personnel, à nous débarrasser de ce volontarisme qui nous affole, qui accroît notre « angoisse de la finitude » devant « l’inéluctable, l’inachevé, l’involontaire, l’imprévisible ». Après avoir constaté que la Croix est plus que jamais d’actualité dans notre monde, il souligne l’étonnante énergie au cœur de ce monde à laquelle Jésus nous appelle par la « sublime folie de sa croix », cette croix à laquelle il s’est soumis en toute liberté, et non pas « en esclave » comme on le dit trop souvent. Dès lors, nous ne sommes pas de « pauvres pécheurs », mais plutôt « pécheurs et pauvres », puisque Christ est mort pour nos péchés et ressuscité pour notre propre résurrection. Son incarnation nous invite à accueillir notre propre incarnation, dans un travail d’enfantement qui nous surprendra nous-mêmes.

                Je sais gré à Frère Éric, au matin du SAMEDI SAINT, de nous inciter à vivre sans trop de hâte cette journée si particulière qui est celle du « grand silence », ce jour où tout n’a pas encore basculé de façon définitive. Il nous faut la vivre avec confiance, en nous laissant cheminer peu à peu vers une « autre vie » pour laquelle nous sommes faits.  Soyons attentifs à l’Evangile de Jean sur « le grain de blé qui meurt en terre ». Notre instinct de conservation, qui nous porte à craindre la mort, nous fait oublier la prodigieuse aventure de la Vie, dont nous sommes sujets et acteurs. Il nous faut accepter de mourir pour une étonnante métamorphose. L’obéissance à l’appel de Dieu nous appelle à des choses dont nous ne nous sentions pas capables, et cela, sans que ce soit une « prise de tête ». « Quel grain de blé suis-je ? »  Voilà pour nous une question à renouveler chaque jour.

Les TEMPS DE PRIERE A L’ORATOIRE qui rythment si régulièrement nos journées nous permettent de prier à la fois avec nos amis retraitants et avec les Frères et Sœurs Franciscaines de la Clarté Dieu. Devant un l’autel éclairé par une simple bougie, j’aime observer des visages multicolores, entendre prononcer la Parole divine par des voix « venues d’ailleurs », qui reflètent la diversité de notre monde. De psaume en psaume, de cantique en cantique, de lecture en lecture, nous exprimons notre espoir d’être sauvés par le Christ, en dépit de toutes les tribulations de ce monde ou à travers elles, à condition que « nous ne fermions pas notre cœur ».

Au cours des GRANDES CEREMONIES de la Semaine Sainte où de nombreux fidèles des environs viennent se joindre à nous, il me semble que le Centre de « La Clarté-Dieu » mérite plus que jamais son nom.

               Je ressens particulièrement cette impression lors du CHEMIN DE CROIX du VENDREDI SAINT, favorisé par un soleil lumineux. La lumière filtre avec une étonnante douceur à travers les arbres du grand parc. Depuis deux jours, la végétation semble avoir « explosé ». Dans les plates-bandes triomphent les tulipes, les jonquilles. Des arbres s’ornent de fleurs roses. Ce Chemin de Croix est aussi un moment de solidarité où les personnes valides apportent une aide spontanée à celles qui marchent difficilement où sont immobilisées dans un fauteuil.

               Il n’était pas difficile en ce lieu de trouver du bois pour alimenter le FEU NOUVEAU du SAMEDI SAINT. Quelle émotion d’allumer dans le cloître nos cierges à ceux de nos voisins et d’entrer tous ensemble dans la Chapelle encore obscure pour célébrer « ce feu qui ne s’éteint jamais » ! Au terme d’une cérémonie particulièrement chantante et soutenue par une Espérance au-delà de toutes les épreuves possibles, nous échangeons spontanément avec nos voisins des exclamations joyeuses : « Christ est ressuscité ! Alléluia ! ».

La messe du DIMANCHE DE PAQUES, célébrée avec de nombreuses personnes de tous âges, vient renforcer notre sentiment d’Espérance envers et contre tout ».

               Notre REPAS FINAL avec nos amis retraitants est un vrai repas de fête, en tous les sens du terme. Frère Éric nous avait rappelé que nous devons aimer notre corps, le nourrir avec soin, et nous répondons sans peine à ce précepte.

               Ce repas nous permet aussi de saluer encore une fois un petit groupe dont la présence nous a profondément émus : celle de jeunes NAGEURS UKRAINIENS, de l’équipe de natation handisport d’Ukraine, évacuée par un ancien diplomate. Ils sont entourés de monitrices qui leur apprennent à parler notre langue. L’après-midi, ils s’entrainaient à la natation dans le bassin extérieur gentiment prêté par la mairie d’Orsay, et je suppose que l’eau constituait pour eux un soutien régénérateur. La présence de ces jeunes, trop souvent dédaignés par notre société de compétition et au surplus éloignés de leur pays d’origine m’a semblé pleine de sens en ce temps pascal.

               Lors du déjeuner du vendredi, un grand garçon à la silhouette et au visage un peu déformés s’est tourné vers nous en nous souhaitant « bonjour et bon appétit ! ». Il a renouvelé ce geste le lendemain. Nous apprenons que ces jeunes séjourneront encore pendant quelques semaines non loin d’Orsay…, mais ensuite ? J’ai su gré aux prières universelles de nos cérémonies d’être toujours ancrées sur les réalités de notre monde, en particulier celles de l’Ukraine si meurtrie. L’une de nos amies a réussi à converser en langue ukrainienne avec une jeune fille de ce groupe, grâce aux traductions automatiques que lui fournissait son smartphone. Continuons à porter tous ces jeunes dans notre prière !

En quittant « La Clarté-Dieu » au début de l’après-midi de ce dimanche pascal, j’admire encore une fois les beaux arbres du parc. Je prie pour les nombreux agriculteurs qui ne verront pas leurs arbres porter des fruits en raison des brusques gelées de ce printemps si fantasque. Je souhaite qu’en revanche notre retraite pascale « PORTE DES FRUITS EN ABONDANCE ». De tout mon cœur je remercie, avec un joyeux « ALLELUIA ! » ceux et celles qui m’y ont accompagnée.

 

                                                                             Geneviève, retraitante.

Avril 2022        

                                                                                                                                                              

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Clarté-Dieu © AS 2013